Gourvernance

Pour la réalisation de sa mission, l’Institut s’appuie sur un cadre réglementaire et une répartition des compétences qui permettent à la fois concertation, participation à la décision et prise de décision dans l’intérêt d’un fort contrôle de qualité. Celui-ci est exercé à tous les niveaux, dont celui du Conseil de fondation qui joue un rôle dynamique en matière d’assurance qualité en raison de sa composition, de l’étendue de ses compétences et du statut de la fondation. 

Dans l’exercice de ses compétences, le Conseil remplit sa tâche de garant du système d’assurance qualité:

  • S’agissant de l’orientation stratégique, le Conseil consacre régulièrement une réunion à la réflexion stratégique où il fait un bilan et donne des impulsions ;
  • Le Conseil supervise l’activité du directeur de l’Institut dont il évalue et oriente le travail à chaque réunion sur la base d’un rapport écrit ; en cas de difficulté ou de mise en place d’une nouvelle politique, il lui demande un rapport particulier assorti de recommandations ;
  • En matière de finances et de projets immobiliers, le Conseil s’appuie sur des commissions : la Commission financière, composée de la vice-présidente et de deux membres du Conseil, lui fait rapport à chaque séance après l’examen avec la direction de la documentation pertinente ; la Commission immobilière a été créée par le Conseil qui l’a placée sous l’autorité du directeur et fait rapport à la Commission financière ;
  • Enfin, en matière académique, qu’il s’agisse de propositions de modifications réglementaires, de la nomination, de la promotion ou du renouvellement de contrat de professeurs ou de l’évaluation périodique des départements et des centres de recherche, le Conseil délibère et se prononce sur la base de dossiers dans lesquels entrent le plus souvent des rapports d’experts externes ; son rôle est de vérifier la régularité de la procédure et le respect des dispositions réglementaires et d’apprécier la qualité de la proposition faite ainsi que sa pertinence au regard des objectifs stratégiques.

La directrice de l’Institut participe aux séances du Conseil, mais n’en est pas membre et n’a pas de droit de vote. Sa tâche est d’assurer la direction académique, la gestion administrative et financière et le développement de l’Institut. Elle est responsable du bon fonctionnement des organes de participation aux décisions (Collège des professeurs, Collège des enseignants) ainsi que de la concertation avec les composantes de la vie institutionnelle, que ce soit dans le cadre du Comité d’Institut ou par le moyen de rencontres régulières avec les organes repré¬sentatifs de ces composantes (association des étudiants – GISA, Association des assistants d’enseignement et de recherche, Assemblée et Comité du personnel administratif et technique).

Dans son activité, elle s’appuie sur la direction académique (direction des études, de la recherche et de la formation continue) et la direction exécutive (direction de cabinet, direction administrative, financière, immobilière). Avec leur collaboration, il veille au fonctionnement et au développement du système d’assurance qualité en assurant le respect des règlements, en mettant en place des dispositifs favorables à l’élévation de la qualité et en encourageant l’amélioration continue des processus de gestion, que ce soit dans le domaine administratif et financier ou dans le domaine académique. 

INTRODUCTION SUR LA GOUVERNANCE EN TERME DE QUALITÉ
 

Depuis la création, l’Institut s’est trouvé face au défi d’opérer la fusion de deux établissements très différents par leur histoire, leurs structures, leur culture et leurs modes de fonctionnement. Il a relevé ce défi de manière novatrice en faisant émerger une institution qui se distingue nettement de ses prédécesseurs, notamment par la combinaison de la disciplinarité et de l’interdisciplinarité et l’importance de la recherche institutionnelle (création de centres de recherche interdisciplinaires).

En matière d’assurance qualité, il a fallu entreprendre un travail important d’amélioration et de développement. L’Institut a bénéficié à cet égard des évaluations externes auxquelles il a participé (accréditation par l’OAQ en 2009 puis de l’AAQ en 2020, évaluation des Convention d’objectifs 2008-2011, 2013-2016 et 2017-2021). 

Le système d’assurance qualité de l’Institut fait corps avec l’objectif primordial d’excellence qu’il s’est fixé et repose sur une forte culture de la qualité. L’objectif d’excellence est inscrit dans de nombreux documents institutionnels, à commencer par la Charte où il occupe la première place devant l’indépendance, la responsabilité, la solidarité et la diversité. Il est décliné de multiples façons (« devenir une des meilleures institutions du monde ») et fait partie de l’identité institutionnelle au point d’en être l’un des traits les mieux partagés – pour une institution qui sélectionne ses étudiants, il paraît aller de soi qu’elle respecte une égale exigence de qualité dans tout son fonctionnement.